Veranstaltungen

[auf Französisch]

Journée d’étude internationale
Vortex des sens. Charles Blanc-Gatti et les synesthésies (1890-1966)

 

Date: 14 octobre 2016, 9h30–17h30
Lieu: Musée d’art de Pully (salle Davel), Chemin Davel 2, CH-1009 Pully

Entrée libre, inscriptions et informations auprès de isea@sik-isea.ch (jusqu’au 12 octobre 2016)

Dans le sillon de l’orphisme et du futurisme, Charles Blanc-Gatti (Lausanne, 1890 – Riex, 1966) adosse sa pratique picturale à la correspondance des arts et à l’esthétique scientifique du tournant du XXe siècle. Peintre autodidacte et musicien amateur doué de synesthésie, associant la perception auditive à celle des formes et des couleurs, il se distingue à Paris dans les années 1920-1930 par une peinture vouée à la transposition figurée du rythme, de l’énergie et des motifs sonores. Il conçoit dans des écrits et des brevets la réciprocité de la toile peinte et de l’écran cinématographique, en tant que support pictural, avant d’en concrétiser le transfert en 1939 dans le film d’animation pionnier Chromophonie, puis de l’étendre à la diffusion télévisuelle et radiophonique. « Comme le musicien construit une mélodie et joue avec des notes, des sons, des accords, produisant une harmonie pour le plaisir de l’oreille », affirme-t-il dans le manifeste Des sons et des couleurs (Editions d’art chromophonique, Paris, 1934), son projet est celui d’une extension des facultés sensori-motrices : « chercher à transposer plastiquement ces mélodies par le truchement des synesthésies (ou tout autre moyen) en les jouant avec une harmonie de couleurs pour le plaisir de l’œil ».

Aiguiser et diffracter l’expérience esthétique détermine ainsi les recherches de Charles Blanc-Gatti. Son répertoire conceptuel et formel puise aussi bien aux sciences naturelles – processus de morphogenèse végétale, minérale et tectonique – qu’à la psychologie expérimentale, à la physiologie des sensations et à l’ésotérisme. D’emblée, la figuration de l’onde et de l’ellipse oriente sa production musicaliste, avant de se sédimenter, à son retour en Suisse, en des dessins alpestres des années 1940 et 1950. Comment la morphologie sonore coïncide-t-elle dès lors avec la stratification géologique ? Quels sont les choix picturaux et technologiques opérés par Blanc-Gatti en vue d’une sensibilisation accrue devant un tableau ou une projection ? En quoi a-t-il personnifié l’artiste-chercheur sensible aux percées techniques et, simultanément et en amont, au fonctionnement esthésique ?

Réunissant un ensemble international de chercheuses et de chercheurs débutant·e·s et confirmé·e·s, croisant les méthodologies de l’histoire de l’art et de l’histoire du cinéma, de l’ethnographie musicale et des neurosciences, de la pratique artistique et curatoriale, la journée d’étude se propose de sonder les sources de Blanc-Gatti et les réalisations qui ont donné corps à une vision méthodique de la polyphonie des formes et des médiums. Cinquante ans après la disparition de l’artiste, dans le prolongement des rencontres, essais et expositions qui ont mis en lumière la vivacité de sa pensée et la richesse du fonds déposé à l’Antenne romande de l’Institut suisse pour l’étude de l’art (SIK-ISEA), l’analyse transversale entend restituer le relief méconnu d’une pratique singulière au sein de l’avant-garde suisse et européenne de la première moitié du XXe siècle, captivée par le vortex entre cognition et émotion, décidée à sonder le cortex de l’acte créatif.

La journée d’étude internationale est organisée par SIK-ISEA, Antenne romande, à l’occasion de l’exposition Charles Blanc-Gatti. Hypothèses d’une généalogie au Musée d’art de Pully (13 octobre –18 décembre 2016).

Exposition «Charles Blanc-Gatti. Hypothèses d’une généalogie» (Musée d’art de Pully, 13.10 – 18.12.2016)


Journée d’étude «Vortex des sens. Charles Blanc-Gatti et les synesthésies (1890-1966)»


Vendredi 14 octobre 2016

Vortex des sens. Charles Blanc-Gatti et les synesthésies (1890-1966)


Pour un précis du «grand monde des vibrations»

Modération : SARAH BURKHALTER, Dr ès lettres (SIK-ISEA)

9.30-9.45

Accueil et introduction

DELPHINE RIVIER, lic. ès lettres, Directrice du Musée d’art de Pully
SARAH BURKHALTER, Dr ès lettres, Responsable de l’Antenne romande (SIK-ISEA), Lausanne

9.45-10.15

«L’harmonie des voix invisibles». Synesthésie, audition colorée et radiophonie dans l’œuvre de Blanc-Gatti

PASCAL ROUSSEAU, Prof. Dr, Université Paris Panthéon-Sorbonne (Paris I)

10.15-10.45 Pause

10.45-11.15

Théorie des correspondances et sciences occultes: l’expression de réalités invisibles chez Blanc-Gatti et les musicalistes

MARION SERGENT, MA, candidate au doctorat, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

11.15-11.45

Charles Blanc-Gatti, du musicalisme au cinéma d'animation

LAURENT GUIDO, Prof. Dr, Université de Lille 3

11.45-12.00 Discussion


Harmonie des rythmes, horizon polysensoriel

Modération : DELPHINE RIVIER, lic. ès lettres (Musée d’art de Pully)

14.00-14.30

Esthétique de la montagne, musique et géognose: le musicalisme alpestre de Charles Blanc-Gatti

ARNAULD PIERRE, Prof. Dr, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

14.30-15.00

Cerveau musical et anti-synesthésie

THIBAULT WALTER, Dr, post-doc FNS, Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique (FBM/UNIL)

15.00-15.30 Pause

15.30-16.15

The Multisensory Scaffold of Perception: Insights from a Neuroscientist

MICAH M. MURRAY, Prof. Dr, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV)

The Artistic Process as a Research Process: the Artist’s Unique Perspective

NAOMI MIDDELMANN, BA, artiste, Membre de Visarte.Vaud et du Comité Aperti, Lausanne

16.15-16.30 Discussion

16.30-17.15

Parcours de l’exposition Charles Blanc-Gatti. Hypothèses d’une généalogie

JULIEN FRONSACQ, curateur invité, avec les artistes PHILIPPE DELÉGLISE et GUILLAUME PILET

17.30 Clôture de la journée

Consultez le fonds Charles Blanc-Gatti dans les vitrines virtuelles de SIK-ISEA

Consultez Charles Blanc-Gatti dans SIKART Dictionnaire sur l’art en Suisse