Projets de recherche

Kunsttechnologische Forschungen zur Malerei von Cuno Amiet 1883–1914

Direction
Karoline Beltinger
Equipe
Ester S. B. Ferreira, Nadim C. Scherrer, Karin Wyss
Partenaire
Haute école des arts de Berne (HEAB), Unité d’enseignement pour la conservation et la restauration
Auteures
Karoline Beltinger, Ester S. B. Ferreira, Karin Wyss
Durée
2008–2014

Description du projet

Les techniques et les matériaux utilisés par Cuno Amiet (1868–1961) jusqu’en 1914 ont été analysés dans le cadre de ce projet.

Les supports picturaux, les couches de fonds, les dessins sous-jacents, les couleurs et les vernis d’une soixantaine d’œuvres de Cuno Amiet ainsi que les particularités de sa technique et de son processus créatif ont été analysés au moyen des procédés suivants: stéréomicroscopie, rayons ultraviolets, réflectographie infrarouge, radiographie, microfluorescence X (µRFA), microspectrométrie infrarouge (FTIR), microscopie en lumière polarisée (PLM), spectroscopie Raman, préparation et analyse de pigments par microscopie optique, microscopie électronique à balayage (REM) et chromatographie en phase liquide à haute performance (GC-MS).
Outre l’analyse technologique des peintures, la correspondance, divers écrits de l’artiste et des témoignages de contemporains concernant la technique picturale de Cuno Amiet ainsi que l’origine et les caractéristiques des matériaux utilisés ont été pris en compte et des ouvrages techniques consultés par le peintre et d’autres artistes ont fait l’objet d’une évaluation. Nous avons par ailleurs étudié les influences auxquelles il avait été exposé pendant ses années d’apprentissage et de pérégrination, d’abord à Munich, puis à Paris et dans le village d’artistes de Pont-Aven en Bretagne, et qui auront plus tard des répercussions sur sa technique picturale lorsqu’il sera confronté à la peinture des artistes du mouvement Die Brücke.

Cuno Amiet était fasciné par les possibilités expressives de différents apprêts et systèmes de couleurs ainsi que de nouvelles techniques d’application. Dans son œuvre de jeunesse déjà, il se livre à des expériences picturales et s’intéresse notamment à la tempera, qui connaîtra un grand succès à travers l’Europe au début du XXe siècle. Nous avons non seulement procédé à l’examen approfondi d’œuvres de Cuno Amiet, mais, en nous appuyant sur diverses sources, également celles d’autres peintres suisses de son cercle ayant utilisé ce type de couleurs à la même époque. Ces renseignements concrets sur la peinture à la tempera aux alentours de 1900 et les superpositions de couches caractéristiques de ces tableaux, croisés avec les données figurant dans les sources, ont été soigneusement analysés dans le cadre d’un projet portant sur l’analyse des couleurs à tempera (Analyse von Temperafarben aus der Zeit um 1900).

Parallèlement aux recherches menées en histoire de l’art dans le cadre de «Cuno Amiet. Die Gemälde 1883–1919», des questions de chronologie et d’authenticité ont fait l’objet d’analyses spécifiques. Les altérations subies au fil des ans par les peintures d’Amiet ont également été soigneusement examinées. Des analyses technologiques ciblées réalisées dans le cadre de Reactivity and material transport in paintings ont fourni des enseignements précieux sur les processus de dégradation chimique à l’origine de dommages constatés au niveau des multiples couches de couleur dans certaines peintures parmi les plus anciennes.

Le troisième volume
de la série KUNSTmaterial est paru aux éditions Scheidegger & Spiess.

La rubrique « Point de vue » dans le rapport annuel 2014 donne un aperçu plus complet du projet.

Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung 30/1, 2016

ZAK, Band 73, Heft 3/2016

Cuno Amiet, Selbstbildnis mit Gattin, 1899, tempera sur toile, 76 x 52 cm, Collection de la Ville de Lugano. Comme l’ont démontré les sources et des analyses de matériaux, Amiet a utilisé une tempera à l’œuf et à l’huile appelée « tempera de Lompeck ».

Cuno Amiet, Selbstbildnis mit Gattin, détail de la joue d’Anna Amiet (environ 8 x 11 mm). La peinture, appliquée en couches multiples, était si visqueuse que les traits de pinceau donnent moins une impression homogène qu’additive, apparaissant comme de nombreux fragments aux bords effrangés, à la manière d’un dessin à la craie.

Cuno Amiet, Stillleben mit rotem Tuch, 1913, huile sur toile, 59 x 72,5 cm, Soleure, Kunstmuseum. La couleur des fleurs, à base des pigments jaune de strontiane et de jaune de cadmium (selon une micro-spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier), a partiellement viré au brun.

Cuno Amiet, Stillleben mit rotem Tuch, détail vu en lumière rasante, avec parties brunies.

Cuno Amiet, Stillleben mit rotem Tuch, coupe transversale d’un échantillon de couleur jaune ayant viré au brun. a) Vue au microscope optique (champ clair, filtres polarisants croisés). Le brunissement de la couleur est superficiel, à l'intérieur la teinte est inchangé. b) comme a), sous rayonnement ultraviolet (365 nm). La surface modifiée contient des composants fluorescents.

Publication «Kunsttechnologische Forschungen zur Malerei von Cuno Amiet 1883–1914»

Le projet a été soutenu financièrement par:

  • Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH), Berne
  • Fondation Sophie et Karl Binding, Bâle   
  • Swiss Re, Zurich
  • Ainsi que des collections publiques et privées par le prêt de peintures
  • Fondation souhaitant garder l’anonymat